dimanche 11 octobre 2015

Roman, "Kaïla" partie 22

 


Ce n'était peut-être pas une mauvaise idée de revoir mes séries animées japonaises pour forcer mon subconscient à voir la vie en rose... pfff... enfin, de toute façon, çà ne coûte rien d'essayer ! J'attrape le coffret de «  Fruits basket » sur mon étagère et m'installe tranquillement dans mon lit avec mon ordinateur pour une longue séance de remise en forme. Les heures passent doucement dans la douceur des bons sentiments et des délicats dialogues nippons, dont je répète avec délice certains passages que je connais maintenant par cœur. Mon corps s'engourdit alors peu à peu et sans que je m'en rende compte je bascule dans un demi sommeil en une fraction de seconde, juste le temps de sentir l'emprise des morsures sur mes membres qui se raidissent d'un coup en faisant tout tomber au pied de mon lit... on dirait que j'ai échappé de justesse à la suite et fin de ce rêve atroce !
Le jour ne va pas tarder à se lever, car j'entends les premiers oiseaux qui chantent déjà leur joie de voir bientôt le soleil leur réchauffer les ailes. D'ailleurs, samedi ou pas, je vais faire comme eux et me lever avant tout le monde. Rien de tel qu'un bon chocolat chaud en compagnie de mes chiens pour me remonter le moral, même si je baille à m'en décrocher la mâchoire ! Je profite des heures de liberté en solitaire qui me sont offertes pour rattraper avec eux le temps perdu pendant la semaine, et partir oublier tous mes soucis dans la nature qui se réveille sous mes yeux.
Quand je rentre à la maison, Adam est déjà devant son ordinateur à jouer à leurs jeux de rôle fantasy avec son copain blond.
- « Tiens, salut moustique ! Je me demandais quand tu allais te lever ! »
- « Je... j'étais dehors... je suis levée depuis longtemps... »
Je regarde en direction de mon frère en espérant qu'il tourne les yeux vers moi, mais je semble être le dernier de ses soucis maintenant qu'il est entré dans son monde virtuel.
- « Vous n'en avez pas marre de ces jeux de guerre ? »
- « Ah, c'est pas des jeux de guerre, mais de stratégie ! Tu comprendras la différence quand tu seras plus grande ! »
Mais quel con celui-là, franchement ! Pour qui il se prend ? Pour un intello ? Un grand philosophe ? Il est craquant, d'accord, mais çà ne lui donne pas tous les droits !
- « Et des jeux de paix, çà n'existe pas ? »
- « De paix ? Mais c'est trop nul ! Il n'y aurait rien à faire ! »
Pfff... c'est peine perdue que d'essayer de discuter avec ce genre de mec ! Je monte dans ma chambre pour dessiner en me calant l'I-pod de Jeff dans les oreilles. Tout d'un coup, c'est comme s'il était là, car toute forme de colère s'apaise en moi.

Après manger, je me souviens que je n'ai pas encore demandé à mon frère s'il pouvait m'emmener chez Tim cet après-midi, mais si j'ai bien tout comprit, çà m'étonnerait qu'il me dise non...
- « Adam ? »
- « Oui petite ? »
- « Tu pourrais m'amener chez Tim tout à l'heure ? Je lui ai promis de passer le voir et il m'a dit que tu connaissais le chemin... »
Une légère insinuation ne fait pas de mal... et çà m'amuse de taquiner mon frère sur sa nouvelle amourette !
- « Attends... Tim, celui du musée ? Le frère à Laura ? »
- « Oui... »
Oulà, t'es long à la détente mon gars... je te propose une bonne excuse bidon pour aller voir ta copine, çà ne se refuse pas !
- « Tu ne pourrais pas le voir ailleurs que chez lui ? »
- « Quoi ? Pourquoi ? »
Là pour le coup, je suis surprise !
- « Tant pis si tu ne veux pas, je vais aller en ville à pieds et prendre la navette... tu n'as qu'à me donner l'adresse ! »
Il semble embêté mais réfléchit sérieusement à la question quelques secondes avant de trancher.
- « Non, il est hors de question que je te laisse partir seule dans la ville ! Je vais t'amener, mais je te laisserai au coin de la rue. Tu n'auras qu'à m'appeler quand tu voudras que je vienne te chercher... »
- « Euh... ok, merci ! »

Comme Tim m'a dit hier qu'il aimait dessiner, je lui ai amené quelques-uns de mes chefs d'œuvres. Adam se gare sur un trottoir en me désignant l'immeuble d'en face, et quand j'arrive à la hauteur de l'interphone, je n'ai pas le temps de sonner qu'une furie ouvre la porte pour moi avant de traverser la rue en courant. Laura semble de mauvaise humeur car elle se jette sur Adam pour lui faire une scène avant qu'il n'ai eu le temps de remettre son casque. Préférant rester discrète, j'entre dans la hall et suis appelée par mon ami qui m'attend en haut de plusieurs paliers.
- « Salut Timmy... fiou... c' est sportif pour arriver chez toi... »
- « Tu aurais pu prendre l'ascenseur... »
- « Non, quand même pas... »
- « Entre ! »
- « Oui chef ! »
Je retrouve le Tim autoritaire des premiers jours...
- « Mais, et ta sœur ? »
- « Laisse-là, elle est comme çà, il faut que çà sorte. »
- « Elle avait l'air furax après mon frère... »
- « C'est une gamine, elle n'a que 16 ans mais elle traîne avec les terminales pour se sentir plus grande. Après il ne faut pas s'étonner qu'elle ait des réactions puériles... »
- « Une gamine ? Et toi alors ? »
- « Moi je sais où est ma place. Entre ! »
Ouvrant la porte de sa chambre, il m'invite à passer devant lui pour faire connaissance avec son univers.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire